Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

DRIFFORD Francisque Joseph

Nous sommes à la recherche d'une copie de sa carte de Déporté. Nous contacter: [email protected]


est né le 10 octobre 1905 au domicile de ses parents au bourg du Mayet-de-Montagne (03). Son père Claude et sa mère Marie née MOUTET sont aubergistes.

Il est pupille de la Nation -ainsi que son frère Joseph et sa sœur Joséphine-: «adopté par la Nation suivant le jugement du Tribunal civil de Cusset en date du trente janvier 1919», son père ayant été porté disparu à Verdun dans le secteur du Fort de Vaux en juin 1916.

Source de la photo: Archives de la famille. 


Incorporé le 13 novembre 1925 au 31ème Bataillon des Chasseurs à pied il est victime d'une double fracture à la jambe gauche et est classé service auxiliaire. Il est rayé des contrôles le 10 mai 1927.

Il est commis de perception à Pont-à-Mousson (54) en 1927, puis commis du Trésor à Pantin (93) en 1929 et il revient dans l'Allier comme commis principal du Trésor à Vichy (03) en 1930.

Militant actif à la S.F.I.O. (Section Française de l'Internationale Ouvrière) il est secrétaire de la section de Vichy et membre du Comité Directeur Fédéral.

Mobilisé à la 13ème section d'Infirmiers militaires (voir image ci-contre) le 5 septembre 1939 il est fait prisonnier le 16 juin 1940. Il est libéré comme non combattant par les Allemands le 29 septembre 1940 et démobilisé le 3 octobre 1940.

Source de la photo: Archives de la famille.

Archives de la famille

Il est domicilié en dernier lieu 5, rue Dubessay à Vichy

Son frère Joseph travaillait également au Trésor à Bellerive-sur-Allier

Militant du Parti Socialiste SFIO clandestin, il est résistant au mouvement "Libération-Sud" selon son frère Joseph.

Il est arrêté le 28 février 1944 à 16 H 30 sur son lieu de travail par deux policiers allemands en civil. Son frère Joseph, commis du Trésor à la perception de Bellerive-sur-Allier (03), et son épouse sont également arrêtés, puis relâchés.

Motif de l'arrestation: « D'après l'interrogatoire subi par son frère il (Francisque Drifford) aurait au cours d'une conversation interceptée déclaré connaître des dépôts d'armes.»

La famille intervient auprès de De BRINON pour tenter de le faire libérer.

Source du document ci-contre: Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains.



Note concernant  Fernand de BRINON: Homme politique français  né le 26 août 1885 à Libourne (33)  agent de la collaboration avec les nazis exécuté le 15 avril 1947 au fort de Montrouge (94).

Francisque DRIFFORD est interné à la Mal-Coiffée, prison militaire allemande à Moulins avant d'être transféré à Compiègne.

Le 6 avril 1944 il est déporté de Compiègne à Mauthausen (Autriche) où il arrive le 8 dans le convoi N°I.199. Il reçoit le matricule N°62292 et après la quarantaine il est transféré au Kommando de Melk, puis à celui d'Ebensee.

Selon Maurice COMBANAIRE, patron de l'Hôtel Terminus à Montluçon (03),et déporté à Mauthausen N° 62183, Melk et Ebensee : « Mon camarade DRIFFORT travaillait en kommando en dehors du camp au déblaiement d'une gare près d'Ebensee bombardée par l'aviation américaine. Il est tombé au travail complètement épuisé et est mort sur le quai de la gare sans qu'aucun de ses camarades ne puissent l'approcher".

C'est CHARRON, international de rugby, qui l'a ramassé le soir, ramené au camp sur ses épaules, porté directement au four crématoire pour y être brûlé. CHARRON savait l'amitié que j'avais pour DRIFFORT et m'a fait dire d'aller le voir, ce que je fis immédiatement».

Il décède le 23 avril 1945 à Ebensee (Autriche) selon l'état civil du Mayet-de-Montagne et le JO N° 71 du 24 mars 1989.

"Mort pour la France"

Une rue de Bellerive-sur-Allier porte son nom suite à la délibération du Conseil Municipal de Bellerive-sur-Allier en date du 20 décembre 1958.

Selon le Service Historique de la Défense  (GR 16 P 192514), il est homologué en tant que Résistant au titre de la R.I.F. (Résistance Intérieure Française).


"Mort en déportation" suivant l'arrêté du Secrétariat d'Etat aux Anciens Combattants en date du 13 février 1989 paru au Journal Officiel N° 71 du 24 mars 1989.

 
Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 1864 W 1, 1 R 1925.982.1706, 3 U Cusset 423, 1281 W 1,

- Archives de la famille

- Bureau des Archives des Victimes des Conflits Contemporains

- Direction Interdépartementale des Anciens Combattants Clermont-Ferrand

- Etat civil du Mayet-de-Montagne (03)

- Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation Editions Tirésias 2004

- Mauthausen le Troisième Monument  site Internet

- MemorialGenWeb  site Internet

- Service Historique de la Défense  (GR 16 P 192514)

© AFMD de l'Allier