Err

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier
 

KERNER Paul

Nous sommes à la recherche d'une photo.

est né le 4 janvier 1906 à Varsovie (Pologne). Il est le fils d'Abraham et de Fredja Malka née BIRNBAUM née le 25 novembre 1877 à Kousk (Pologne). Il réside en France depuis 1919.

Commerçant en vêtements de bonneterie célibataire  il quitte son domicile à Paris (11ème) rue Oberkampf pour venir s'installer en 1935 avec sa mère à Vichy (03) au N° 2, rue Larbaud.

Il est inscrit au Registre du Commerce et des Sociétés à Cusset le 29 avril 1935 sous le n° 10699 et
ouvre un magasin de confection, fourrure, bonneterie le 1er mai 1935  à l'enseigne «Aux meilleurs prix» au N° 3 bis, rue Burnol à Vichy.

De nationalité polonaise il s'engage pour la durée de la guerre le 9 mai 1940 à Moulins et est affecté  au 6ème Groupement de Pionniers 3ème Compagnie. Dans le document ci-dessous dans la 4ème colonne: E.V.D.G.= Engagé Volontaire pour la Durée de la Guerre - R.M.V.E.= Régiment de Marche des Volontaires Etrangers.


Source: Mémorial de la Shoah  Fonds UEVACJEA transmis par Henri Zytnicki.

Il se fait recenser -ainsi que sa mère-  à Vichy comme Juif étranger conformément à la loi antisémite du 2 juin 1941 de l'Etat Français.

Source: Archives Départementales de l'Allier 756 W 1.



Son magasin est mis sous administration provisoire par arrêté de Xavier Vallat,  Commissaire Général aux Questions Juives, en date  du 7 février 1942 paru au Journal Officiel de l'Etat Français en date du 10 mars 1942 page 977.

Source du document ci-contre: Bibliothèque Nationale de France sur site Internet Gallica.

Jean-Pierre AZÉMA et Olivier WIEVORKA expliquent l' "intérêt" pour l'Etat Français de  mettre les entreprises juives sous administration provisoire: « Pour rompre leur  influence économique supposée, Vichy, désireux d’aligner le Sud sur les mesures prises dès le 18 octobre 1940 par les Allemands, aryanise les entreprises (22 juillet 1941). Les propriétaires juifs sont dépossédés de leurs biens, confiés à des ¨¨administrateurs-gérants¨¨ qui réalisent souvent de fructueuses affaires. Pour un bien aryanisé, les services français reçoivent couramment de 10 à 15 demandes émanant de bons Français… Ces dispositions ont un but affiché : marginaliser. De fait on estime qu’à l’été 1941, plus de la moitié de la communauté se trouve privée de tout moyen d’existence ».
Source : Vichy, 1940-1944 Jean-Pierre Azéma Olivier Wievorka Editions Perrin 2004.


Face à cette mesure discriminatoire, il envisage d'émigrer aux Etats-Unis. Il prend contact avec le Consulat Américain à Lyon. En  septembre 1942 dans l'impossibilité de se procurer son acte de naissance en Pologne à cause de l'état de guerre,il se fait établir un acte de notoriété figurant aux Archives du Greffe de Vichy afin d' "obtenir un visa pour se rendre en Amérique". Il entame des démarches auprès de  l'UGIF (6ème Direction: Emigration) et la HICEM à Marseille pour émigrer avec sa mère à Brooklyn New York chez un membre de sa famille, Harry BIRNBAUM.

Source du document ci-dessus: Mémorial de la Shoah/CDJC. Coll. Communauté Juive de Vichy CMLV 16.

On ne sait s'il a abandonné l'idée d'émigrer aux Etats Unis ou non, mais son nom  figure  sur la "Liste des Israélites Etrangers actuellement en résidence dans le département de l'Allier", recensement effectué par la Préfecture de l'Allier pour l'Etat Français à la date du 29 janvier 1943.



Source du document ci-dessus: Archives Départementales de l'Allier Recensement 996 W 194.01.

Par contre, son nom ne figure plus sur la "Liste des Israélites Etrangers actuellement en résidence dans le département de l'Allier", recensement effectué par la Préfecture de l'Allier pour l'Etat Français à la date du 20 mai 1943.


Source du document ci-dessus: Archives Départementales de l'Allier Recensement 996 W 194.01.

La raison en est qu'il a été  arrêté par la police française dans la rafle du 26 février 1943 à Vichy «en vertu du télégramme de M. le Préfet de l'Allier en date du 24 février 1943». Selon le témoignage de sa mère, "l'arrestation a eu lieu à la mairie , d'où il n'est pas revenu".

Selon Serge KLARSFELD les convois 50 et 51 des 4 et 6 mars 1943 ont été constitués en représailles d'un attentat commis le 13 février 1943 à Paris contre deux officiers allemands de la Luftwaffe qui décèdent des suites de leurs blessures.

Le 15 février 1943 Ernst ACHENBACH, chef de la section politique de l'Ambassade allemande, envoie à Berlin un câble qui se termine ainsi: «Comme première mesure de représailles il est prévu d'arrêter 2000 Juifs et de les déporter vers l'Est.»


Paul KERNER fait partie des 13 hommes arrêtés dans l'Allier suite au télégramme classé SECRET émanant du Préfet de l'Allier. Ils sont regroupés au Camp Bignet à Montluçon (03) et transférés le 26 février 1943 au camp de Gurs (64).

Arrivé à Gurs le 28 février il en repart le 3 mars pour Drancy.

Source du document ci-contre: Archives Départementales des Pyrénées-Atlantiques Fiche signalétique du Camp de Gurs non cotée.



Il est déporté le 6 mars 1943 de Drancy à Lublin-Majdaneck par le convoi N° 51.

Source du document ci-dessus: Mémorial de la Shoah C51_28.

Dans Le Mémorial de la Déportation des Juifs de France, Serge Klarsfeld écrit à propos du convoi N° 51 du 6 mars 1943: " Il y a 959 hommes et 39 femmes. L'âge des hommes se situe entre 16 et 65 ans et la tranche d'âge la plus fournie est celle entre 37 et 49 ans. Il y a 2 enfants. (...) Le convoi a quitté la gare du Bourget/Drancy le 6 mars à 8h. 55 avec 1000 Juifs en direction de Cholm".

Lublin-Majdaneck : camp situé en Pologne au sud-est de Varsovie mis en service en octobre 1941. Comme Auschwitz, il s’agit d’un camp mixte : concentration et extermination. 247 000 détenus sont passé par ce camp. Des convois de déportés malades venant de Buchenwald, Dora, Ravensbrück, Sachsenhausen sont envoyés à Lublin début 1944 et subissent des « sélections » allant jusqu’à 100% d’extermination. Au printemps 1944, débute l’évacuation du camp sur Auschwitz, le 22 juillet les SS quittent le camp, le 24 Lublin est libéré par l’Armée Rouge.
Source : Livre mémorial de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Il décède

- le 6 mars 1943 à Lublin-Majdaneck selon le jugement rendu par le Tribunal Civil de Cusset le 2 juillet 1947

- le 11 mars 1943 à Lublin-Majdaneck selon le JO N° 9 du 11 janvier 1995.

Rappel de la loi du 15 mai 1985 dite Loi Badinter

Article 3 - Lorsqu'il est établi qu'une personne a fait partie d'un convoi de déportation sans qu'aucune nouvelle ait été reçue d'elle postérieurement à la date du départ de ce convoi, son décès est présumé survenu le cinquième jour suivant cette date, au lieu de destination du convoi.
 
Donc la date qui devrait être retenue pour son décès est celle du 11 mars 1943.
 
La carte de Déporté Politique  N° 1.111.05035 est attribuée à son ayant cause, sa mère Madame Fredja KERNER, sur décision du Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 15 avril 1953.

Source du document à gauche: Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand.
Source du document à droite: Archives départementales de l'Allier 996 W 778 W 112. Fiche établie suite au recensement du 20 mai 1943. Fiche verte pour les étrangers.


 
"Mort en déportation" suivant l' arrêté du Ministre des Anciens Combattants et Victimes de Guerre en date du 10 novembre 1994 paru au Journal Officiel n°9 du 11 janvier 1995 page 517.


 
Sources:

- Archives Départementales de l'Allier 756 W 1, 996 W (778 W 15.4), 740 W 3/1, 996 W 778 W 112, 996 W 194.01,

- Archives Départementales des Pyrénées-Atlantiques Camp de Gurs 72 W, 77 W 23

- Archives du Greffe du Tribunal de Commerce de Cusset N° 10699

- Archives Municipales de Vichy

- Bibliothèque Nationale de France sur site Internet Gallica. 

- Centre de Documentation Juive Contemporaine C51_28

- Direction Interdépartementale des Anciens Combattants de Clermont-Ferrand

- Division des Archives des Victimes des Conflits Contemporains 21 P 468 660

- Etat civil de Vichy (03)

- Klarsfeld Serge Liste des transferts de l'Allier au camp de Gurs

- Klarsfeld Serge Mémorial de la Déportation des Juifs de France 1978

- Mémorial de la Shoah/CDJC. Coll. Communauté Juive de Vichy CMLV 16

- Mémorial de la Shoah Fonds UEVACJEA

- MemorialGenWeb  site Internet
 

© AFMD de l'Allier